Accueil‎ > ‎News‎ > ‎

Dimanche 26 Juin : Triathlon L de Dijon

publié le 27 juin 2016 à 05:25 par Damien Plainchault

Un timing à la minute concocté par Pierre et nous voilà nous garant à l'entrée du parc à vélo à une heure du départ de la course. Les conditions s'annoncent idéales (les mauvaises langues diront que Benjamin N n'était pas inscrit :) ) et l'atmosphère détendue.

Après une dernière vérification on se dirige vers le départ de la natation pour prendre la température du Lac Kyr. Deux constats: 1- elle n'est vraiment pas chaude, 2- on y voit rien... Pour moi une nage sans aucune visibilité c'est une première, la seule bonne nouvelle c'est qu'avec toutes les algues que je vais avaler, je pourrais repousser un peu le premier ravito...

 

Je laisse partir le paquet, me place bien au fond du groupe et décide de nager "placé" tout le long de la natation. De toute façon pour moi la course ne se jour clairement pas là et pour l'instant je n'ai pas les armes pour essayer de faire un temps. Je m'applique donc sur les 2 boucles à être attentifs à mes défauts et à rester fluide plutôt qu'à chercher la fréquence. Malgré tout et je prends et je distribue quelques bonnes claques tellement on y voit rien avant de littéralement rentrer dans le concurrent d'à côté...

Une sortie d'eau en 40' en ayant encore une fois jamais pioché et ma course peut enfin commencé.

 

La première partie du vélo est plate, vraiment plate, par contre le revêtement moyen et le vent de face rendent le début de parcours un peu compliqué pour ceux qui comme moi ont un manque chronique de puissance... heureusement on arrive rapidement sur la boucle qui constitue la grande partie du vélo qui est plus vallonnée et plaisante. Dans cette partie je remonte un peu dans les bosses et me fais doubler sur les longs fax plats, du classique. Le parcours est bien sympa, et les noms des villages et coteaux traversés invitent plus à boire un bon verre de vin qu'à se gaver de boisson énergétique.

Les sensations sont plutôt bonnes mêmes si je ne peux pas tirer de gros braquets sans m'exploser les quadris. Le retour est plus simple en profil descendant et surtout avec le vent dans le dos, idéal pour tourner les jambes.

 

Dès le début du parcours à pieds je sens que les jambes sont là, bien plus que la semaine dernière à Sancerre... Les pulsations cardiaques restent largement dans les clous alors que le rythme des 2 premiers km est un poil soutenu. Au cinquième km je croise Pierre et me retrouve dans la seule partie de la boucle non goudronnée et sans grand intérêt. Il commence à faire chaud et les ravitaillements bien répartis sont indispensables. Depuis le début je double pas mal de concurrents et j'arrive à ne pas trop faiblir. C'est la première fois depuis bien longtemps que j'ai d'aussi bonnes sensations en course malgré la fatigue. sur la fin de la course j'arrive à maintenir une cadence assez haute malgré les jambes lourdes et franchis la ligne d'arrivée avec une énorme banane: ca fait vraiment du bien de terminer une course dans ces conditions.

 

Bilan: j'ai dans l'ensemble beaucoup aimé la course. Elle servira de support l'an prochain aux championnats de France format L et je pense vraiment qu'on devrait essayer de faire une belle délégation du Léman Tri. Certains de nos compères à gros cuissots sont vraiment taillés pour le parcours ;). Seuls bémols la surpopulation végétale dans l'eau et une partie de 3km à pieds pas  franchement sympa, pour le reste top.

Maintenant place à un break des compétitions, une bonne baisse de l'intensité à l'entrainement aussi pour se projeter vers les objectifs d'été plus montagneux.

 

Jérôme

Comments